50 nuances de Claire. EP2 Sur l’autel de ton roi, fais toujours offrande

Sur l’autel de ton roi, fais toujours offrande… d’une amie

Dans l’épisode 1 de 50 nuances de Claire, nous avons découvert Claire et Nicolas. Petit couple sans histoire, amoureux notoire , romantiques. Mais Claire a un secret, un lourd secret, un lourd passif. Un vécu sensuel qu’elle a abandonné en même temps qu’elle est tombée amoureuse de Nico. Face à l’ennui qu’elle ressent au lit avec son chéri elle décide de réveiller ses démons et propose à Nico une soirée surprise et révélation basée sur son passif de soumise… Nico va se révéler prometteur mais Claire a un double secret, elle a terminé sa carrière en tant que Maîtresse et souhaite emmener Nico dans toutes ses perversions…

50 nuances de Claire -EP2 :

«  Claire ? Claiiiire ? ouh ouh Claire ?

Claire t’es avec nous ? alors on choisit quoi comme tissus, le tissus là Claire, pour les robes…

La collection été indien ? Claire t’es où là ? Tas eu une nuit agitée ou quoi ?

  • Euh oui pardon, désolée, j’ai pas beaucoup dormi …
  • Insomnies ?
  • Oui, oui, j’ai oui, pas beaucoup dormi… La collection tout ca…
  • Je comprends, et d’ailleurs pour le tissu…
  • Le tissu ? ah oui pardon, le tissus… du cuir
  • Du cuir ? t’es sure claire ?
  • Oui oui parfaitement, le cuir c’est parfait, c’est novateur, personne ne l’a jamais fait…
  • Ah ben tu m’étonnes…
  • Quoi ? on peut plus innover alors… Ecoute je suis pas en train de te dire que je veux du latex, du vinyl ou lui caller un pompon en cuir noir pour servir de fouet pendant la nuit… Je te parle d’un cuir, un joli cuir grainé, fin irisé, là juste sous la poitrine qui remonterait sur les manches, ça donnerait un coté vestale tu vois, un petit coté Gautier ou Muggler, je suis sûre que le cuir c’est parfait.
  • Ok, c’est toi la boss après tout… la mariée 2020 sera cuir donc…
  • Parfait, je veux les premières épreuves lundi sur mon bureau… Et je ne veux pas être dérangée jusque là.

Claire me dis-je à moi même. Il va falloir réapprendre le sang froid, afin de te permettre de ne laisser transparaitre quoi que ce soit. On reprend les hostilités mais au taff c’est le sang froid qui prime. Le cuir… du cuir sur une robe de mariée Claire… Tu joues ta réputation là dessus… Bon qui ne tente rien n’a rien après tout… On verra bien.

Une fois remise de mes émotions je décide de descendre en salle de pause pour me faire une boisson chaude cocoon, un de ces latté macchiato noisette plus plus dont Léna à le secret  .

      –   latte machiatto noisette plus plus ?

  • Léna putain t’es vraiment la plus forte.
  • Je te connais plus que bien ma belle.

Léna c’est une ancienne élève à moi. Une élève de l’époque Sœur du ClairObscur. Une magnifique femme, l’éduquer selon mes lois a été un tel plaisir. A la voir comme cela jamais personne ne se serait douté de la soumise parfaite qu’elle faisait.

C’était une grande blonde dans un pur style scandinave. Avec une pointe de tempérament du sud. Bref de l’extérieur elle respirait la force. Se soumettre était pour elle un véritable moyen de lâcher prise avec la dure réalité qui était la sienne.

Perdue dans mes pensées je ne m’étais même pas rendue compte qu’elle venait de fermer le loquet de la porte.

Et c’est sa main saisissant mon menton avec fougue et son baiser irréfléchi qui me sortit de la lune; nos langues s’étant déjà beaucoup connues auparavant retrouvèrent leur danse sensuelle. Mes mains s’égarèrent sur sa poitrine, je la retournais contre le mur, lui levais les mains au dessus de la tête et les lui maintenaient ainsi fermement.

  • Avoue dit elle
  • Quoi ?
  • Tu as replongé ?
  • Pas du tout !

Je colle ma bouche contre la sienne pour l’empêcher de parler (Merde, merde il ne faut pas… ou peut être que si… rahhhh quelle merde).

50 nuances de Claire. EP2

Je la retourne contre le mur, je ne veux plus voir son visage, plus risquer d’affronter une vérité qui court derrière moi… Mais nos corps se connaissent si bien qu’à ce moment précis brule en moi la furieuse envie de la fesser et de la baiser…

Je la maintiens toujours d’une main, elle ne dit rien, elle tremble quand soudain on toque à la porte de la salle de pause…

– J’arrive !

Puis je m’approche de son visage et en la saisissant d’une main ferme je lui murmure «Ne t’avise plus jamais de refaire ça» avant de lui arracher un dernier baiser.

Je remonte à la hâte dans mon bureau, avec la seule idée en tête d’aller faire un cour de Yoga, il faut que je reprenne mon self contrôle. A peine le temps de saluer mon équipe, je prends mon sac, mes clefs, ascenseur, voiture, clefs dans le contact… SMS

C’est Nico :  « Sur l’autel de ton roi, fais toujours offrande »

Visiblement le Yoga attendra. Il faut que je parle à Léna.

«Rejoins moi au bar de l’opéra, salle du fond, table du fond, et la boisson que tu sais. Et pas de questions d’ici là.»

Au volant je n’arrive pas à me concentrer, moi qui voulait juste vibrer de nouveau j’ai l’impression d’avoir ouvert la boite de Pandore, et que tous les vices qui étaient les miens me retombent dessus, m’assaillent, me font vibrer.

Lorsque j’arrive place de l’Opéra, dans ce bar où je n’ai pas remis les pieds depuis plus d’un an, rien n’a changé. Ici j’étais connue de tous, ils me réservaient le sous sol pour certaines de mes initiations… Je fais la bise au patron comme si rien n’avait changé… «elle vous attend là bas». Je le remercie d’un geste de la tête. Puis vais rejoindre Léna.

Sur la table deux irish coffee encore fumant nous attendent. Je bois une gorgée, m’essuie la mousse du doigt sur ma lèvre, et regarde avec un désir non feint celle qui fut ma soumise pendant longtemps.

  • Bon oui tu as deviné, j’ai repris, non pas avec Alexandre, avec Nico. Oui je sais, c’était irréfléchi, mais l’amour à la papa maman je n’en pouvais plus. Donc hier je me suis soumise, oui il sait que je suis domina aussi, non il n’a jamais essayé. Je veux essayer de l’y emmener en douceur. Il n’est pas si mal doué… on lui a plutôt bien appris… Il m’a envoyé ça tout à l’heure, t’es d’accord ?

Léna prend le temps de lire le message et sourit en coin. Elle me regarde et me dis de sa voix la plus suave.

  • Avec plaisir
  • T’es sûre de toi ?
  • Tu m’as tellement manquée Claire… et j’ai toujours trouvé Nico hyper sexy… Juste une question : ce soir qui me domine ?
  • Moi, je veux qu’il voie ce qu’il est possible de faire avec toi.
  • Très bien… après la porte reste ouverte, tu as toute ma confiance

Maitresse…

Et dans un regard plus que complice nous dégustons les yeux dans les yeux le breuvage qui nous enivre.

J’ai déjà quelques idées dans la tête. Nous passons chez le traiteur japonais pour prendre quelques sushi (toute consciente de l’aspect cliché de la proposition, cliché ? classique dirons nous, et les classiques sont indémodables n’est ce pas).

20h45 Léna est à la maison, elle se douche, se rase de manière à n’offrir que sa peau la plus nue à l’homme qui est le mien…

20H55 Léna est allongée sur la table du salon, entièrement nue, je dispose sur elle les quelques sushis qui nous serviront de repas, termine de nouer mes cuissardes à lacets et attends l’arrivée de Nico la cravache dans la bouche de Léna.

21H03 : Sa ponctualité m’étonnera toujours. La porte s’ouvre, et résonne dans l’espace immense du salon, le bruit des sacs que portaient Nico, s’échouant sur le sol.

50 nuances de Claire. EP2

J’ai fait mouche…

  • tu as faim ?
  • Je ne m’attendais pas à cela, mais des sushis c’est très bien des sushis. Merci ma chérie. Ta tenue c’est spécial…
  • Ce n’est sans doute pas facile de me voir dans cette tenue… J’imagine que cela titille ton esprit dominant. Mais tu sais, tu l’as lu, j’ai été celle ci pendant longtemps. Nous aurons l’occasion d’en reparler. Viens diner.

Lorsque Nicolas s’approche de Léna, je ne peux que deviner son trouble, oui c’est bel et bien moi qu’il s’imaginait retrouver enrubannée et prête à m’offrir. Etait il si prévisible ?  Si il souhaitait devenir mon maître il lui faudrait bien plus. Plus de vices et surtout plus d’imagination.

Il s’attable et suivant la tradition japonaise et celle de son rang il déguste chaque sushi en observant la plus grande distance… Il ne montre aucun affect.

Lorsqu’il ne reste que trois d’entre eux, deux sur ses seins et un sur son sexe je tends la main vers Nicolas pour récupérer les baguettes.

Il hésite un temps puis me les tends et déguste avec délicatesse les trois dernières bouchées présentées sur le corps de notre dessert du soir.

«  Léna a pendant très longtemps été ma soumise, je l’ai dressée selon mon éducation. Elle est très cultivée et connaît tous les rudiments de l’éducation Anglaise. Cependant ce qui m’a plu chez elle c’est sa capacité à la transgression. En tant que Sœur du ClairObscur j’aimais à la résistance de mes soumis et soumises. J’aimais les rapports musclés et cérébraux. J’aimais pousser mes apôtres jusqu’à ce qu’ils soient prêts à l’ultime confiance. Léna montre lui »

Et obéissant à nos lois ancestrales Léna se lève et va se placer à l’endroit où Nicolas m’avait fessée la veille. Les mains jointes au dessus de sa tête, nous offrant son dos, ses fesses tendues, et ses cuisses magnifiques et écartées.

C’est bien petite. Léna tu le sais tu as été très farouche cet apres midi. Tu as osé baiser la bouche de ta maîtresse sans y avoir été invitée ? De plus tu ne portais pas de culotte sous ta jupe n’est ce pas ?

Elle ne répond pas

N’est ce pas Léna ?

Non,

Non qui ?

Pas du tout ma Sœur.

Bien et quel est le châtiment pour les pècheresses dans ton genre ?

  • La cravache Madame.
  • Très bien Léna, et combien de coups mérites tu à ton avis pour tous ces péchés ?
  • 10 pour le baiser, 15 pour la culotte.
  • Ca c’est sans les intérêts ! Allons y pour 30. Nicolas, veux tu la primeur du premier coup ?
  • Non, Claire, vas y, le spectacle me convient.

50 nuances de Claire. EP2

En me disant ceci je l’observe sous toutes les coutures, à chaque fois que j’abats la cravache sur le fessier de Léna, je vois ses mains se crisper, ses yeux se teinter d’un regard lubrique, sa gorge se racler , et son pantalon gonfler à vue d’œil.

Léna fidèle à elle même encaisse les coups sans broncher, seule une mince coulée luisante descendant le long de sa jambe traduit ton trouble.

Ses fesses se teintent d’une jolie couleur bourgogne.

  • Tu es sur de ne pas vouloir participer ?
  • Non, je veux voir la Maitresse à l’exercice.
  • Ton message mentionnait la notion d’offrande. Tu ne veux donc pas profiter de ton cadeau ?
  • Le spectacle me suffit, je suis encore libre de décider de ma participation ou non !
  • Tu t’agaces, je ne faisais que proposer. Voyons si tu résistes longtemps à cela.

Apres avoir soufflé la douleur et la chaleur cinglante, tu le sais bien j’imagine il faut lui amener de la douceur. Et quoi de plus doux que les lèvres d’une femme. Un baiser bouche à bouche… Si ce n’est que les lèvres ne seront pas les mêmes…

Je m’approche sans jamais quitter son regard, de l’entrejambe de Léna, je viens me placer accroupie sous elle, cette position qu’elle a su mériter par le passé. J’agrippe ses fesses et commence à me délecter du nectar de sa petite chatte déjà bien détrempée. J’essaie de capter son regard, je vois qu’elle apprécie le moment. Je sais ce qu’elle veut, Ana n’étant que très peu Clitoridienne et appréciant de se savoir très vite remplie par un homme.

Il faut que je le fasse se lever de sa chaise…

Il faut qu’il vienne la baiser alors que je la mange.

Entre Léna et moi nous avions des codes, j’espère qu’elle s’en souvient. J’appuie deux fois mon index sur sa fesse droite et voilà qu’elle se met à gémir plus fort. Bien ma petite n’a rien oublié de mes leçons. Qu’elle belle gémisseuse, elle ferait blêmir n’importe qui. Vas y ma belle lâche toi…

  • Tu es sûr de ne pas vouloir y gouter, c’est délicieux…
  • Je me lèverai lorsque j’en aurai envie, laisse moi me servir un brandy.
  • Et bingo c’est Gagné, il s’est levé sans s’en rendre compte, le coup classique de l’homme qui cherche une consistance dans un verre d’alcool fort… Demain je l’emmène en initiation ça ne peut pas se jouer comme cela entre nous. Il va porter le verre à ses lèvres, gouter, puis boire tout d’un trait. Puis il va approcher, la regarder de près, déverser un peu de breuvage dans sa bouche et mordre dans ses lèvres pour lui voler un baiser.
  • Sur l’autel de mon roi je fais l’offrande d’une amie, lui dis je en plantant mes yeux dans son regard bleu/vert. Léna est une soumise très docile, ce que tu vois là n’est qu’un extrait de ses talents. Et c’est également pour nous une séance de retrouvailles.

50 nuances de Claire. EP2

Puis négligemment, je m’approche de lui, prend sa main pour lui faire toucher mes seins durcis sous le cuir, mes fesses et mon sexe humide… Je murmure alors à son oreille. Léna a besoin d’être prise, maintenant et de partout … et je n’ai pas le matériel nécessaire ici… Vas tu la laisser si insatisfaite ce soir ?

 

Je le regarde à présent faire. Il vient se placer derrière elle et l’attrape par l’attache de sa queue de cheval, tout en ramenant le visage de la belle vers le sien.

  • Alors comme cela on a besoin d’une queue ?
  • Hum, oui Monsieur.
  • Et qu’est ce que tu en ferais ? Je ne baise que les plus méritantes.
  • Je lui offrirai un fourreau pour chacun de ses vices Monsieur. Ma bouche d’abord, ma chatte ensuite et enfin mon cul.
  • J’aime ta manière de parler Léna. Retourne toi je veux voir ton visage me réclamer. Montre moi ton regard de petite chienne affamée, je veux voir le stupre dans tes yeux.

Léna obéit, que pourrait elle faire d’autre. Je sais à présent qu’elle est tout a fait prète à être prise. Et je sais exactement ce qu’elle va faire pour y arriver. Elle est si douée.

Léna se retourne les yeux mi baissés, elle s’approche de Nicolas en minaudant, sans réellement le regarder et tend ses lèvres vers lui , il ne l’embrasse pas. Elle s’agenouille sans le toucher, puis une fois en position elle humidifie ses lèvres, et en fin lève les yeux très lentement pour planter son regard dans celui du maître, la bouche légèrement entrouverte.

  • Je ne veux pas de mot, juste des soupirs et des cris, c’est dans tes cordes non ?
  • Oui Monsieur.
  • Encore une fois si cela ne te plait pas, tu n’auras qu’à regarder Aurore.
  • Humhum , Aurore n’est pas là aujourd’hui. (Au cas où tu n’aurais pas encore compris que je suis AUSSI maîtresse).
  • Oui, donc tu n’auras qu’à regarder Sœur Du ClairObscur et lui faire un signe. Vous avez l’air de vous connaître sur le bout des doigts. Et maintenant ouvre grand les yeux et la bouche.

Léna se soumet aux ordres, elle sait que plus vite elle se montrera docile plus vite elle sera prise et repue de ses désirs les plus vils.

Nicolas défait sa ceinture en faisant attention à bien faire tinter la boucle de bronze.

Rapidement il est nu et son sexe bandé au possible se propose dur et droit à la bouche de Léna. Il s’amuse tout d’abord à tapoter son gland sur les lèvres de l’impie, puis à ne la laisser gouter que ce dernier, sa langue rejoint peu à peu le bout de l’engin de Nico, elle titille son frein puis l’avale tout à fait, je vois ses joues se creuser et ses lèvres se retrousser à mesure que le sexe de Nicolas entre dans sa bouche. Je connais ses talents de suceuse, je sais que Nicolas pourrait perdre pied si elle joint les mains au travail de sa bouche.

Mais avant de s’oublier je le vois reprendre sa posture il l’attrape par les cheveux la place debout devant lui et la caresse, la sent, la renifle, l’embrasse, la mord avec fougue.

Le lion est lâché et l’antilope ne fuit pas, elle le veut , et elle l’aura.

Me regardant et attendant un acquiescement de ma part je souris à Léna pour lui donner mon approbation de se faire prendre par Sir Nicolas. 

Les mains sur le bout du lit, les jambes en compas offrant tout sa croupe à l’homme de la pièce, la voilà qui attend.

  • C’est cela que tu veux Léna ? Tu veux être prise par le maître d’une autre ?
  • Oui Monsieur. Prenez moi maintenant. Je vous veux
  • Tu me veux ? Tu vas m’avoir.

Et joignant le geste à la parole Nicolas pour fend le sexe de Léna, elle gémit de se sentir ainsi pleine. Il la baise profondément et sans vergogne.

Déversant à travers l’étreinte bestiale, le fiel qu’il a ressenti à me voir en maîtresse. Il prend Léna comme il voudrait me prendre moi, et c’est bien ce que je cherchais.

Entre eux c’est électrique, elle se cabre pour gagner chaque centimètre de sa queue, il s’enfonce en elle à chaque coup de rein un peu plus.

Quand je le vois lever la main. Il a besoin d’un accessoire… Et évidemment si j’avais été à sa place je sais exactement ce qu’il aurait choisi. Je prends dans la table basse un tube de lubrifiant et alors que Léna s’allonge complètement sur le lit, je m’approche d’elle et commence à enduire son petit cul de liquide miraculeux. Je connais son gout pour l’anal, et visiblement rien n’ai changé depuis tout ce temps. Là voilà qui se cambre tout a coup sous l’assaut de mes doigts.

Lorsqu’elle est prête Nicolas se présente… Mais la rebelle ne se laisse pas faire. Utilisant ses prouesses de lutteuse du sexe, elle retourne Nicolas qui se retrouve sous elle. Et ne lui laissant l’espace de reprendre son rôle, elle s’empale avec délectation sur son sexe bandé.

Le spectacle de mon homme, de ce maître en devenir, enculant avec grâce la soumise qui fut la mienne pendant toute ses années m’arracherait presque une jouissance.

Sur l’autel de ton roi fais toujours offrande.

Règle de soumise pour soumise de choix.

TO BE CONTINUED…

Récit de Olga Ivanov – Retrouvez Natachaneurysm dans la communauté
Crédit photos : Daliome84


De plus, La Chrysalide t’offre 7 jours de surf gratuit en cliquant sur la bannière.
Il est également possible d’utiliser le code promotionnel CHRLGV69.

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

leo. efficitur. suscipit felis mattis accumsan felis massa venenatis, ut adipiscing elit.